Election à l’UNJCI: quand le RHDP s’invite au débat pour prendre le “tabouret”

Propos de Sivori Boga ancien vice président de l’UNJCI :

« J’avais dit il y’a trois ans que c’était ma dernière campagne, mais je suis un homme d’engagement, je suis un homme de combat et je suis revenu pour faire mon dernier combat et je vais vous dire pourquoi. Si j’ai décidé de soutenir Franck Ettien, c’est pour rester fidèle à mon engagement et je vais vous dire les raison.

La première, c’est que le bureau sortant n’a pas pu se mettre d’accord pour désigner un candidat car depuis que l’UNJCI a été créé, il y’a toujours eu un candidat du bureau sortant. Il y’a donc eu un problème. On a décidé de mettre en place un comité de médiation dans lequel nous étions 3 (Imam qui est un ancien PR de l’UNJCI, Touno bailly qui est un ancien vice PR de l’UNJCI et moi président du conseil de gestion de l’UNJCI et ancien vice PR de l’UNJCI).

Trois personnes qui ont statué sur 4 candidatures : celle de Franck Ettien , Lance Touré , Laurent Okoué et celle de Jean Claude Coulibaly. Je dois dire d’emblée que Lance a été honnête avec nous en disant qu’il ne se reconnait pas dans le résultat de cette médiation donc il est sorti de la médiation. Mais nous étions convenus avec le PR de l’UNJCI que celui qui sort de la médiation, logiquement démissionne pour porter sa candidature non pas au nom du bureau, mais en son nom personnel et que le candidat qui sortirait de la médiation serait le candidat du bureau sortant.

Nous avons statué sur les dossiers, nous avons reçu les candidats. La première des choses que nous les avons fait faire, c’était de signer un engagement pour reconnaître le résultat des médiations. Ils ont signé l’engagement en accord avec le PR de l’UNJCI. Ainsi un jour après l’exposé des candidats, pendant que nous analysions les candidatures, le président MT arrive à mon domicile avec Jean Claude coulibaly et me dit: ‘’boga, je veux que tu sortes du comité de médiation parce que moi mon candidat naturel et à l’origine, c’était Alafé, mais la direction du RHDP m’a convoqué et m’a imposé Jean-Claude Coulibaly , moi je veux pas me créer de problèmes, je veux que tu fasse en sorte que Jean Claude soit retenu’’. je lui ai opposé mon refus en lui réitérant que le choix du candidat se fera selon le mérite et ce après analyse des dossiers. Plus tard après entretien avec les autres médiateurs, on s’est rendu compte que MT avait fait la même démarche auprès d’eux. Après j’ai compris pourquoi au cours des entretiens, Mr JCC était le seul à venir avec 45 min de retard car il se savait déjà candidat du Rhdp donc sûr de sa victoire. A l’issue des analyses, lorsque nous avions statué, Mr Franck Ettien est arrivé en 1ere position car il a présenté le meilleur programme. le 2e c’était JC ,3e Okoué. Nous avons remis le résultat à MT qui était habilité à les rendre publics en tant que PR de l’UNJCI ce qu’il n’a pas fait. Non seulement ça, un ministre de la république a approché Okoué pour le convaincre de se joindre à JC. Chers, amis, voici ce qui m’a encouragé à faire le combat. Car étant témoin de la création de l’UNJCI, en 1990 à l’avènement du multipartisme régnait la guerre entre jounalistes du pouvoir et de l’opposition. Nos aînés ont décidé de trouver un cadre ou les journalistes peuvent se retrouver au-delà du parti politique qu’ils défendent, au delà de leur ligne éditoriale pour ne parler que métier d’ou la création de l’union. L’union doit donc être à équidistance des partis politiques. J’ai accepté l’appel de MT en 2011 à siéger au sein de l’UNJCI bien que n’étant pas de son bord politique cela ; l’équilibrer, la sauver pour ne pas qu’elle meurt. De même c’est la raison de mon engagement avec Franck Ettien. Nous devons sauver l’autonomie de l’union. Si nous ne le faisons pas, nous laissons l’UNJCI s’infecter à l’image du pays. Elle doit être tenue à l’écart car elle sert d’exemple pour la réconciliation. Si le RHDP est imposé dans toutes les structures étatiques, l’union des journalistes doit être épargnée et nous devons assumer notre responsabilité. Je ne parlais pas car j’étais encore président du conseil de gestion de l’unjci. Aujourd’hui je parle car j’ai fait mon dernier conseil et déposé mon rapport”.

Aux dernières nouvelles, Franck Ettien vient d’être licencié par son employeur, éditeur du journal Le Rassemblement, pour avoir refusé de retirer sa candidat.

Vous pourriez être intéressé par

LEAVE YOUR COMMENT

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *